"Que faire de mes émotions ?"

Cycle d’exploration émotionnelle

Pour la première fois ouvert à tout·e·s !

Tu as souvent l’impression de ne pas bien « gérer tes émotions » ?

Tu te sens trop souvent en colère, stressé·e, fatigué·e ou coupable ? (Un de cela ou tout à la fois…)

Tu as l’impression de ne pas avoir de temps pour vraiment creuser ce que tu ressens et ce que tu peux faire ?

Le cycle « Que faire de mes émotions ? » est pour toi ! Tu vas pouvoir partir en exploration pour trouver tes propres outils pour comprendre tes émotions, te sentir mieux et construire une meilleure harmonie de vie.

Participer à ce cycle c'était m'obliger à prendre du temps pour moi. Je voulais pouvoir me poser pour réfléchir et mieux comprendre mes émotions.  Depuis je prends davantage conscience de mes besoins, j'arrive mieux à les exprimer. Je pense que tout ce que j'ai dit et entendu pendant ce cycle m'apporte du mieux-être et va m'accompagner encore longtemps. Je suis fière de m'être autorisée à prendre ce temps pour moi et de m'être offert ce cycle.
Marjolaine

Le cycle « Que faire de mes émotions ? », c’est :

  • 4 ateliers de 2 heures, le mardi soir de 20h15 à 22h15, toutes les deux semaines. On y écrit, on y partage et on avance ensemble pour te permettre de changer de regard sur ce qui vit en toi et te sentir mieux avec tes émotions, tes besoins et tes comportements.
  • Une inspiration à infuser pour avancer seul·e l’autre semaine : je partage des clés avec l’explication d’un mécanisme émotionnel éclairant. Et un exercice d’écriture supplémentaire sur le thème. (Je t’envoie le matériel par e-mail).
  • Un groupe (WhatsApp) pour échanger à l’envie hors ateliers avec les autres participant·e·s (sans obligation de participation et avec la garantie de la bienveillance comme dans les ateliers).

Mais surtout, ce programme, c’est du temps pour toi, pour te sentir mieux, pour avoir plus de pouvoir sur ce que tu vis. Et cela aura un impact positif dans ta relation avec toi-même mais aussi dans ta relation avec les autres.

Tu vas développer dans l’exploration via l’écriture et l’échange tes propres outils pour être mieux avec tes émotions. Pour toi-même, pour avoir ce super-pouvoir !

Depuis ce cycle d'ateliers je me surprends souvent à faire ce pas de côté qui autorise à prendre de la hauteur par rapport à une situation donnée, de prendre une émotion pour le signal qu'elle est, de creuser pour comprendre le besoin éventuel qui se cache derrière. J'en retire une vraie amélioration dans mes relations avec ma fille et cette amélioration s'étend doucement aux autres sphères de ma vie, desquelles j'avais plus ou moins banni les émotions.   Bref, challengeant mais nécessaire !
Marion

Non, le but c’est de mieux se gérer soi !

Le but c’est vraiment avant tout de se sentir mieux avec soi et cela rejaillit forcément sur comment on est avec les autres.

On a beaucoup parlé ces dernières années de permettre aux enfants de mieux accueillir et comprendre ses émotions mais il me semble qu’on a oublié de se demander si on savait le faire en tant qu’adulte.

Catherine Gueguen pédiatre, spécialiste dans l’accompagnement à la parentalité, disait très justement à ce propos :

« Il faut d’abord que le parent soit connecté à ses propres émotions, accueille ses propres émotions, sans jugement négatif. Les émotions, ce n’est ni bien, ni mal. Les émotions, c’est une réaction biologique à un événement. Il y a des émotions agréables et des émotions désagréables. Mais ce n’est pas mal quand on est parent d’être triste, d’être anxieux, d’être déprimé. C’est quelque chose qui nous arrive. Par contre, il va falloir comprendre pourquoi on est stressé, pourquoi on est déprimé, pourquoi on est anxieux, pourquoi on est triste et puis essayer d’y remédier. Il faut d’abord qu’un parent fasse un travail sur ses propres émotions »

Mais c’est aussi valable pour toutes les relations avec les autres. Tu ne peux pas être empathique, gérer des conflits, être en véritable lien avec les autres si tu ne comprends pas ce qui se passe en toi.

Cette session est ouverte à tou·te·s.

Pendant deux sessions, j’avais ouvert les inscriptions aux parents seulement car j’avais peur que les non-parents se sentent en décalage si on se retrouvait à parler finalement beaucoup des émotions avec les enfants.

Mais finalement, j’ai réalisé qu’on ne parlait pas majoritairement de cela et surtout que beaucoup de personnes non-parents voulaient faire ce cycle. Je l’ouvre donc à tout le monde.

Il est fréquent que la parentalité par effet de miroir avec les enfants en immaturité émotionnelle permette de voir que l’on ne sait pas soi-même accueillir et comprendre ses émotions.

Si c’est ton cas, ce cycle t’aidera énormément.

Après, si ton problème c’est uniquement comment sont et s’expriment tes émotions avec tes enfants, je te conseille d’attendre que je repropose ce cycle uniquement pour les parents car la parentalité ne sera pas un thème principal de cette prochaine session.

Dans ce cycle, nous évoquerons toutes les les sphères de ta vie potentiellement. Ainsi que tes relations avec beaucoup de personnes différentes.
Ce que te propose ce cycle, c’est de voir comment tu traites tes émotions, ce que ça dit, ce que tu peux faire avec.
Les impacts d’un tel cheminement se répercuteront dans toutes les sphères de ta vie.

Tu es libre de prendre dans ce cycle ce que tu peux / veux.

Pour en tirer quelque chose, je conseille vivement de faire les 4 ateliers et de consulter le matériel d’inspiration. Mais au niveau de l’écriture possible entre les ateliers et le groupe de discussion, c’est vraiment des bonus.

Ça veut dire qu’en gros, au minimum pour cela, il te faut 2 heures une semaine sur deux et environ 20 minutes l’autre semaine, est-ce que tu ne crois pas que tu mérites au moins cela comme temps pour toi ?

Et même au delà de cela, le cheminement que tu vas pouvoir faire aura un impact sur ta vie, tes relations, c’est un investissement bénéfique pour toi et pour les autres.

 

Je ne suis jamais allée aussi loin dans l’exploration émotionnelle avec un groupe ponctuel.

Le fait de se retrouver avec le même groupe permet d’explorer beaucoup plus loin.

J’en profite pour dire que tu peux rejoindre ce groupe sans jamais avoir fait d’atelier avec moi ou en étant une habitué·e, il n’y a pas de prérequis pour s’inscrire à ce cycle (sinon l’envie) et je n’y répète pas ce que je fais ailleurs.

Tu vas partir de là où tu es aujourd’hui et forcément cheminé plus loin avec tes émotions. Qu’importe le point de départ. Je suis sortie de chaque session en ayant moi-même cheminée sur ma compréhension émotionnelle.

 

Le groupe WhatsApp est un bonus pour discuter entre participant·e·s, il n’est pas du tout obligatoire d’y être et d’y participer.

Le cycle est ouvert à 8 personnes maximum à chaque fois.

« J’ai adoré me retrouver face à des mamans qui éprouvaient toutes des émotions fortes vis à vis de leurs enfants. Cette fois-ci, avec encore plus d’attention que d’habitude, je les ai écouté partager leurs difficultés, le bouillonnement qui se produisait en chacune d’entre elle, et j’ai pris des bonnes idées de tous les côtés. Le dernier atelier fut particulièrement intense, de vraies montagnes russes émotionnelles, dont je suis ressortie rincée et éblouie.
Lors de ce cycle, Claire propose des exercices qui permettent d’ « infuser » le sujet de l’atelier en amont, et également des pistes à la suite de chaque atelier qui s’adaptent aux échanges qui ont eu lieu. Comme ça, il y en a pour tous les fonctionnements. On peut aussi bien se concentrer sur le moment des ateliers comme réfléchir tranquillement pendant les quelques semaines que dure le cycle. 
Mon bilan à ce jour est que je suis en chemin grâce à Claire. Certains soucis ont disparu. Ainsi, mes émotions, que je qualifiais de « neutres » à l’origine, se sont libérées. Je profite de nouveau des émotions positives, qui sont comme des éclats de légèreté dans mon quotidien contraignant. Je me sens bien plus vivante lorsque je prends une pause pour savourer pleinement un plaisir. Les émotions négatives et leurs conséquences sont toujours là, mais maintenant je comprends à quoi elles sont rattachées et ce qu’elles signifient. Je culpabilise beaucoup moins lorsque je me mets en colère car je sais qu’elle est un signal et pas un problème en tant que tel. 
Il y a d’autres effets collatéraux : j’ai l’impression de mieux comprendre les réactions des autres, je sais aussi mieux me protéger et j’apprends à prendre soin de moi en écoutant ma météo intérieure.
Bref, c’est un beau voyage que je m’offre, et de chouettes moments pour moi en compagnie d’autres femmes toutes plus inspirantes les unes que les autres. »

– Mélinda

« Je me suis inscrite parce que, comme beaucoup, la parentalité m’a chamboulée, profondément mais aussi dans mon quotidien. Mes émotions sont plus facilement exacerbées qu’avant et j’appréciais de faire un travail sur ça, sur ce quotidien, sur ces petites frictions de tous les jours qui, cumulées, peuvent provoquer beaucoup de fatigue, de frustration et de culpabilité. Il me semblait que cet intitulé était vraiment ce dont j’avais besoin (et la tenue des ateliers a confirmé mes intuitions !)
Le cycle, en lui-même, a d’abord répondu à ça, à ce besoin. Il m’a donné des outils, des pistes de réflexion pour essayer de verbaliser, de dédramatiser, de trouver des solutions. Il m’a permis de prendre conscience que certaines de mes émotions négatives étaient vraiment exacerbées par des besoins tout simples à satisfaire (faim, fatigue, etc), qu’il me fallait apprendre à écouter plus systématiquement. Mais il m’a aussi grandement aidée à ne plus culpabiliser quand, malgré tout ces outils et ma bonne volonté, ça pète, ça part quand même en vrille ; quand mon comportement réel est à mille lieues de mon comportement idéal. J’ai aussi grandement apprécié le fait d’entendre de la bouche d’autres mères, d’autres femmes, des réflexions et difficultés similaires aux miennes. On sait bien que les mêmes situations se retrouvent chez beaucoup d’entre nous, que « nous ne sommes pas seules à galérer », que nous sommes littéralement des millions, mais ça fait beaucoup de bien de l’entendre. Je me suis enrichie de ces échanges et j’ai beaucoup aimé retrouver d’une fois à l’autre, le même groupe de femmes, approfondir la réflexion ensemble, me nourrir de tous ces vécus, de toutes ces expériences, de toutes ces perspectives. Et puis, j’ai aimé, beaucoup, prendre du temps pour moi, m’autoriser à créer ce sas dans mes semaines et mes soirées qui, si souvent, ne m’appartiennent pas. Même si, au début, ça a coincé, que j’ai eu du mal à préserver « ma bulle », que j’ai été frustrée parce qu’elle n’était pas « respectée ». Mais j’ai aussi progressé sur ça. Mercredi dernier, j’ai eu plusieurs fois la visite de ma petite, et ça ne s’est pas du tout accompagné de frustration pour moi, comme les fois précédentes. L’atelier bilan a vraiment été très enrichissant. Comme je l’ai dit alors, il m’a permis de prendre conscience du chemin parcouru et de voir que, de petit pas en petit pas, il s’était considérablement allongé, plus que je ne me l’imaginais.
Avant de m’inscrire, j’ai pas mal hésité. D’abord parce que, comme pour tant d’autres ateliers avant, j’ai bien failli me « dégonfler », me dire que ce n’était pas le bon moment, que j’avais trop de choses à faire par ailleurs, que l’horaire, alors que mes filles ne sont jamais encore couchées à ce moment-là, ça n’allait pas le faire. Et puis j’avais un peu peur de rencontrer tous ces inconnus (j’ignorais, au début, qu’il n’y aurait que des femmes). J’avais peur de ne pas avoir d’atomes crochus avec les autres, de ne pas assez parler ou, au contraire, de monopoliser la parole. Et puis, finalement, l’envie a été plus forte que toutes ces mauvaises raisons que je me donnais pour ne pas le faire. Et le prix, fort modique, m’a encouragée à me lancer (d’ailleurs, je pense que, si ça avait existé, j’aurais peut-être payé le prix « coup de pouce » – à titre de comparaison, c’est à peu près ce que je paie à ma psy pour une seule séance de 1h30….). Finalement, « j’y suis allée avec la peur » (un peu), mais j’y suis allée quand même ! Et je n’ai pas regretté !! »

– Madeleine

C’est quand, où, comment, combien ?

La prochaine session aura lieu cet hiver : mercredis 25 janvier, 8 février, 22 février et 8 mars de 20h15 à 22h15

(Oui, tu peux diner en même temps)

Les ateliers ont lieu sur Zoom (pas besoin de créer un compte).

Le matériel de « l’inspiration à infuser » est envoyé par e-mail.

J’ai décidé d’offrir une échelle de prix :

Prix standard : 117 euros
S’il y avait eu un seul prix fixe, ça aurait été celui-ci. Payer ce prix peut représenter un effort de ta part sans pour autant t’empêcher de subvenir à tes besoins, c’est alors le prix juste pour toi.

Prix réduit : 97 euros
Si payer le prix standard te met en difficulté pour une raison ou une autre et que tu as besoin d’une réduction pour te permettre de participer.

– Prix coup de pouce : 137 euros
Tu es à l’aise avec le prix standard et tu es même prêt·e à contribuer plus, ce prix est là pour ça. Il permet de soutenir mon travail avec un petit coup de pouce et surtout de me permettre de proposer le prix réduit pour celles et ceux qui en auraient besoin.

Je ne demander aucune justification pour ton choix de prix.

Tu ne veux pas rater la prochaine session : remplis le formulaire ci-dessous (ça ne t’engage à rien bien sûr, tu seras juste au courant en premier de la réouverture des inscriptions)