Une photographe professionnel pour notre mariage participatif

Cet article a été écrit en février 2014, bien avant que j’offre l’exploration émotionnelle. J’ai décidé de republier ces chroniques sur ce site car elles sont précieuses pour moi, elles peuvent aussi inspirer d’autres futur·e·s marié·e·s. Et puis, il y a dans ces écrits-là déjà le partage de mon cheminement autour des émotions.

Je laisse donc la parole à Claire fiancée…

J’essaie de te raconter nos préparatifs de mariage dans l’ordre. Et c’est pourquoi je vais maintenant te parler du photographe.

Mariage participatif donc pas de photographe pro !

Au début, quand nous avons décidé du type de mariage que nous souhaitions, nous avons tout de suite pensé à nos amis qui aimaient faire des photos et qui se débrouillaient bien. Ils sont au nombre de quatre. Bien sûr, ils ne sont pas professionnels et ils sont avant tout les invités de notre mariage. Donc, nous ne comptions pas leur demander un reportage complet et de haute qualité. Mais on trouvait ça beau, dans le cadre de notre mariage participatif, de demander à nos amis de poser leur regard sur notre jour J.

Je t’ai raconté que nos motivations pour un mariage participatif n’étaient pas financières. Alors, je me suis forcément demandé si, en suivant le principe participatif jusqu’au bout et en n’ayant pas de photos de pro, nous n’aurions pas de regrets par la suite.

J’ai tout à fait conscience que la qualité esthétique des photos d’un professionnel est supérieure à celle d’un amateur.

Mais même si j’ai beaucoup rêvé sur les photos des blogs, ce n’est pas l’esthétique des photos qui m’émeut le plus. Avoir de belles photos, avec une belle lumière, un beau cadrage n’était pas ma priorité. En plus, j’ai l’impression que l’amateurisme prend du charme avec les années : j’adore la vidéo de mon baptême tournée par mon grand-oncle, même si elle donne le mal de mer… Je trouve le côté fait-maison touchant !

Je me rendais bien compte aussi qu’on ne peut pas demander à un amateur (ou même à plusieurs) d’être toujours à l’affût du moment et de pouvoir le saisir. Ça, c’était plus difficile à accepter…

Sauf que je pensais que je ne pourrais pas être tout à fait naturelle avec un inconnu (même discret, car pro) en train de me mitrailler. Et mon amoureux n’était vraiment, mais alors vraiment pas à l’aise à l’idée d’avoir un-e inconnu-e si près de nous toute la journée. Nous en avions donc conclu que, même si on risquait d’avoir moins de jolies photos et de moments volés, on ferait confiance à nos amis. En se disant aussi qu’on aurait ainsi au moins 4 regards différents, et que ça ferait tout de même pas mal d’images à admirer par la suite.

La solution de la séance « day after » pour les belles images

Si l’amoureux était vraiment satisfait de cette décision, j’avais plus de doutes…

L’idée d’avoir de belles photos de nous dans nos habits de lumière me titillait.

Mais grâce aux blogs, j’ai trouvé une solution : les séances « day after » ou, si tu es contre l’anglicisation systématique : une séance photo, quelques jours après les jours de fête, où on remet sa tenue pour aller faire les petits fous avec un pro. Ainsi, on pourrait avoir de superbes photos de nous mais garder un mariage intime, entouré seulement de nos proches. L’amoureux n’est pas contre l’idée de la séance.

Problème réglé donc, hop, on passe à un autre point !

La séance d’engagement

Sauf qu’on a changé d’avis en cours de route, tu t’en doutes vu le titre… Voici donc, photographe pro, mariage participatif et nous : round 2.

La décision de ne pas prendre de pro a été prise au tout début, quand on a réfléchi à ce qu’on voulait et à notre budget. Donc, si tu as bien suivi, quelque part entre juin 2012 et février 2013.

Entre deux, je n’ai pas arrêté de lire les blogs de mariage. Et les blogeuses sont sympas, elles organisent des concours. Parmi ceux-ci, un proposait de gagner une séance d’engagement avec Mamzelle Joe. J’ai tout de suite accroché avec les photos de Joëlle. Elles sont colorées, fun et pleines de vie. Je me suis donc dit que ce serait l’occasion, si jamais je gagnais, de tester la séance avec un pro et de voir si ça nous plaisait, pour le refaire après le mariage.

Il fallait proposer une idée de séance. J’ai eu l’idée des vélos hollandais. Je me suis dit que notre fête de mariage (pour le mariage religieux) serait très française, même si on cherche à y intégrer des éléments de nos cultures. Mais on habite aux Pays-Bas et j’essaie de m’intégrer… Donc ce serait bien de faire un clin d’œil à cette vie au pays plat, par des jolies photos à afficher dans notre salle des fêtes.

Mamzelle Joe a aimé l’idée. On a gagné le concours.

Au début, je pensais la faire venir dans notre petite bourgade. Les tarifs de la SNCF n’aidant pas, et notre envie d’une escapade en amoureux nous ont finalement décidés pour Lille.

Petite note au passage…

On devait emmener nos jolis vélos hollandais, à la base, mais on a eu un problème avec le porte-vélo. Heureusement, il existe une super association à Lille qui s’appelle Le Grand Huit et qui loue différents type de vélos. Le Monsieur à qui nous avons eu affaire été vraiment ADORABLE, donc si tu as besoin de jolis vélos à Lille, si tu veux faire une visite différente de la ville ou si tu cherches une activité fun pour un enterrement de vie de célibataire (ils ont des vélos rigolos comme le grand huit, un vélo pour huit !), vas-y les yeux fermés !

Donc notre séance d’engagement, c’était bien, c’était en juin (déjà !) et on s’est amusés comme des petits fous. La preuve en images :

séance engagement vélo
Séance d'engagement à vélo
Séance d'engagement à vélo détail fleurs
Séance d'engagement à vélo

N.B : avoir son pote, sa sœur ou son amoureuse sur son porte-bagages, c’est normal, par chez nous. Se tenir la main aussi (ainsi que téléphoner, envoyer des texto, transporter des trucs encombrants…)

On a vraiment pris du plaisir à cette séance photo – je crois que ça se voit mais allez, une dernière pour la route :

Séance d'engagement à vélo

On s’est sentis à l’aise avec Joëlle très rapidement et par moments, on l’a un peu oubliée ! En plus, Joëlle, elle aime les pique-niques, les couleurs, les vieilles voitures, les trucs anciens qui ont une histoire. Elle s’est mariée il n’y a pas longtemps et donc c’est super facile de parler avec elle des préparatifs, comme si c’était une copine ! Donc au-delà d’une super photographe qui a plein d’idées folles comme nous, c’est une fille super sympa. Et ça, c’est important !

Et si on embauchait Joëlle pour notre mariage ?

Quand on a dit au-revoir à Joëlle, l’amoureux a dit que :

  1. Il ne pensait pas qu’on pouvait autant s’amuser à faire des photos.
  2. Ça ne le dérangerait pas d’avoir Jo à notre mariage.

Je crois qu’il a dit ça comme ça, sans réfléchir. Mais ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde…

Du coup, moi, j’ai commencé à cogiter. Surtout quand j’ai vu l’aperçu des photos… Nous avons tendance à ne pas nous aimer en photo, on a toujours un sourire figé et le regard vide (j’ai un strabisme de fatigue, en plus, ça n’aide pas). Mais ces photos, c’est vraiment nous ! Et en re-re-re (…) regardant encore et encore toutes les images de son blog et de sa page facebook, je me rends compte que c’est un vrai talent chez Mamzelle Jo de capter le sourire, le regard, LE Moment…

J’ai donc commencé par demander à Joëlle si elle était libre pour venir capturer notre mariage religieux. Et malheureusement non.

Tant pis, retour à l’idée initiale, on se contentera de l’amateurisme de nos amis. Oui, parce que non, ça ne m’avait pas convaincue de prendre un-e photographe pro, ça m’avait convaincue d’avoir Joëlle à nos côtés. Nos amis semblaient contents de poser leur regard sur notre mariage… Et forcément, on s’est dit que d’un autre côté, c’était pas mal pour le budget.

Quelques semaines plus tard, Joëlle m’envoie un mail. La date s’est libérée ! J’ai dit oui sans plus me poser de questions. Je crois un peu naïvement aux signes du destin !

Voilà comment on augmente son budget rapidement. Surtout qu’on est en train d’envisager aussi des photos de la soirée, parce que c’est souvent de grands moments mais que tous les amateurs ont posé leurs appareils pour manger, s’amuser (et on les comprend !).

Ce que j’aime vraiment, c’est de voir saisis les instants, grands et petits : le sourire, la larme au coin de l’œil et tout ce que je n’aurai pas vu aussi… Et puis, un mariage participatif, c’est aussi l’occasion de mettre en avant des petits artisans que nous aimons (on en reparlera avec le menu). Et vu qu’on a eu un coup de cœur pour Mamzelle Joe, c’est un honneur de l’avoir comme prestataire !

Maintenant, la seule question qu’il reste est : mais qui prendra des photos pour notre mariage civil, où l’on n’a pas le droit d’être plus de 10 dans la pièce, mariés compris ? Si tu comptes bien, ça fait nous, nos parents, et nos deux témoins chacun. J’hésite à demander à une de ces personnes de prendre des photos, j’ai peur qu’elle ne vive pas bien le moment (ce ne sont pas comme nos amis du mariage religieux prévus à la base, ils n’ont pas forcément le hobby de la photo). Donc, on verra…

Je crois que je peux accepter l’idée qu’il n’y ait pas ou peu de photos de cette première journée de noces. Je sais que ce n’est pas logique, quand on sait l’importance pour moi de cette étape et ce qui est prévu niveau photos pour le mariage religieux. Mais personne ne t’a dit que je l’étais, logique ! Et puis, surtout, même si je trouve important de garder des souvenirs tangibles, ce qui est vraiment important, c’est le moment. Le vivre vraiment…

Et pour toi, c’est important d’avoir de jolies photos ? Tu as pris un photographe pro ou tu fais confiance à tes amis ? Si tu te maries en 2 temps, quelle journée préfères-tu photographier et pourquoi ? Dis-moi ce que tu en penses…

Toutes les photos sont de MamzelleJoe (tous droits réservés).

Laisser un commentaire