Lettre à moi frustrée

J’ai écrit ce texte en fin d’ un de mes ateliers dont le thème était « Que faire de ma frustration ? »
Une fois écrit, je me suis dit que je voudrais l’afficher chez moi pour me le rappeler en grand moment de frustration.

C’est pourquoi j’ai eu envie de le retravailler un peu et de le partager ici. Ce qui est intéressant, c’est que quand je l’ai écrit, j’étais particulièrement sereine et satisfaite. Quand je l’ai retravaillé, j’étais habitée par une crise de frustration. Et me replonger dans ce texte m’a fait du bien.

J’espère qu’il pourra accompagner d’autres frustrations.

Crédit photo : pixel2013 / 2422 images

Chère moi frustrée,

Je te vois, je te comprends.

On dit souvent qu’il faut garder son âme d’enfant. On pense à la joie simple, l’émerveillement.

Mais l’âme d’enfant c’est aussi celle qui ne veut pas de compromis, de demi-mesure. Elle se fiche de savoir que ce n’est pas possible. Elle exprime la colère, la déception, l’injustice.

L’enfant en crise n’est même plus à espérer d’obtenir, il décharge.

Chère moi frustrée, tu as cette âme d’enfant.

Je te comprends. Je te vois. Je t’accepte.

Et surtout, je t’écoute de ce que tu dis en dessous des « grr », des « MAIS EUH ! » et des « c’est pas juste ! ». J’entends même ce dont tu n’as que très vaguement conscience ; à tourner en boucle sur les faits et l’interprétation et surtout sur ce qui n’est pas.

J’entends. Tu me dis de ces besoins humains fondamentaux qui m’animent, au delà des réalisations sur lesquelles tu bloques.

Je veux avoir la force de t’entendre au delà des cris et des pleurs sur l’impossible.

Et puis d’abord, on peut crier, on peut pleurer. On va le faire ensemble dans un espace où on se sentira en sécurité pour ça. Je vais te trouver cet espace-là pour faire sortir ces émotions difficiles, pour décharger.

Et puis, je vais te prendre dans mes bras, si tu veux bien, chère moi frustrée. Comme je le ferais à mon enfant qui tape du pied. Je vais te dire que je t’aime.

Et puis, on va chercher ce que tu me dis de moi, de mes aspirations, de mes valeurs, de mes besoins. Derrière ton comportement dit puéril, il y a sans doute l’essentiel. On va trouver l’essentiel.

Après, on verra ce que l’on peut en faire et ce dont on peut se libérer. Je vais rassembler toute ma force d’adulte capable de penser et d’organiser pour cela. Pour être à la hauteur de l’âme d’enfant qu’il y a là en toi.

Chère moi frustrée, je te comprends, je te vois. Tu es bienvenue.

Je voudrais vraiment apprendre à te prendre dans mes bras ainsi. Crise après crise. Te dire merci d’être là pour ce que tu dis de ce qui vibre en moi.

Je n’y arrive pas toujours. Mais je recommencerai d’essayer aussi souvent que cela sera nécessaire.

Je t’aime.

Si tu souhaites aussi mettre des mots sur tes émotions et explorer ce qui vit en toi, n’hésite pas à participer à un atelier d’exploration émotionnelle.

Laisser un commentaire