Les mots de Soline Bourdeverre-Veyssiere

J’ai décidé de me remettre au blogging de façon régulière. C’est un canal que j’affectionne particulièrement et qui me permet de peser mes mots et développer (contrairement aux réseaux sociaux) tout en ayant un échange facile avec ce que ça résonne chez les autres.

J’aime entendre et faire entendre plusieurs voix. C’est pour ça que dans le cadre ma nouvelle mission de faciliter l’exploration émotionnelle, j’ai eu cette idée d’interviews.

Autour de moi, de nombreuses personnes m’inspirent. À proximité physique mais surtout grâce à la magie d’Internet, je rencontre des gens qui semblent vraiment connectés à ce qu’ils vivent en eux. Pour beaucoup, l’écrit semble avoir une place dans cette exploration émotionnelle.

J’ai donc eu l’idée de leur proposer de répondre à trois questions pour nous en parler. J’espère que ça vous permettra aussi de découvrir de nouvelles personnes inspirantes.

Soline Bourdeverre-Veyssiere autrice de nombreux livres inspirants et créatrice du blog de S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée est la première à se prêter au jeu. Je la suis sur les réseaux (son Instagram, sa page Facebook) depuis longtemps et je ne compte plus le nombre de réflexions nourrissantes qu’elle m’a apportées.

Crédit photo : Soline Bourdeverre-Veyssiere

Elle a eu la gentillesse d’accepter directement ma proposition, c’est pourquoi elle inaugure cette nouvelle catégorie de mon blog.

Les réponses ci-dessous sont les siennes, son premier jet quand je lui ai posé. La mise en gras est de moi, ce qu’elle dit résonne tellement avec ce en quoi je crois…

Sans plus attendre, je lui laisse la parole :

Qui es-tu ?

« Bonjour. Je suis Soline. J’ai 35 ans. Femme, maman, fille, sœur, amie, enseignante, autrice, militante, partageuse sur les réseaux sociaux… et tant d’autres choses à la fois. Je suis comme un puzzle, fait de multiples pièces qui s’entremêlent et s’emboitent les unes dans les autres.

Je suis engagée dans le respect en général :

  1. Le respect de soi d’abord (prendre soin de soi, la connaissance et l’acceptation de soi) ;
  2. Le respect des autres (je partage beaucoup sur l’accompagnement respectueux de l’enfant, et sur d’autres formes d’oppression/domination comme le sexisme) ;
  3. Le respect de la planète et de l’environnement en général.

Écologie intérieure et extérieure sont liées. Pour moi, il est important de communiquer sur tout cela afin que l’on ne puisse plus dire « On ne savait pas ».

J’écris sur de multiples supports. Sur un blog, sur les réseaux sociaux, dans des livres pour adultes comme des albums jeunesses. Au jour où je te réponds, j’ai 8 livres édités.

Crédit photo : Soline Bourdeverre-Veyssiere

Comment ressens-tu ce qui vis en toi ?

Je n’ai pas toujours été connectée à moi-même. Pendant longtemps je me suis acharnée à tenter de correspondre à l’image de ce que je croyais que l’on attendait de moi. Fille sage, sans vague, « forte » et sans émotion visible. Je me croyais d’ailleurs insensible.

En fait, je m’étais forgée une carapace. Puis, lors de ma première grossesse, mon feu intérieur s’est réveillé. La carapace a volé en éclat. A force de travail sur moi-même et de rencontres facilitatrices qui m’ont aidée à retrouver les pièces du puzzle, j’ai pu (re)naître à moi-même.

Aujourd’hui, je sais qui je suis. Je sais que je suis une personne hypersensible qui vit pleinement ses émotions.

Comme beaucoup de personnes de ma génération, on ne m’a pas appris à les accompagner sereinement. Alors ce n’est pas toujours facile. Car beaucoup de choses sont ancrées en moi. Je vais avoir tendance à entrer dans un mutisme parfois, là où il serait de bon ton que je communique. Mais j’y travaille.

Avoir conscience de tout cela est un premier pas. Œuvrer pour s’améliorer sur ce point en est un second. Et je pense que tout au long de sa vie on progresse. J’apprends à repérer les signes physiques de mes émotions. J’apprends à les accompagner. J’apprends à analyser leur message. J’apprends à vivre sereinement avec. D’autant plus qu’elles sont ce que je suis aujourd’hui.

Sans mes émotions je ne serai pas la personne engagée que je suis aujourd’hui.

Plus je suis connectée à ce qui vis en moi, et plus je me sens connectée avec l’extérieur.

Comment l’écrit a une place dans ton exploration émotionnelle ?

L’écrit est une grosse partie de ma vie. J’écris chaque jour. Parfois je publie (livres, réseaux sociaux), parfois c’est quelque chose que personne ne lira jamais.

Écrire est une libération émotionnelle. Un exutoire. Une façon de coucher mes émotions, mes aspirations, mon imagination sur le papier.

J’écris sur ordinateur… et le bruit des touches sur mon clavier est un son que j’apprécie grandement.

Parfois je reçois une idée par flash et ce sont des moments très compulsifs car c’est comme si je devais me mettre à écrire là, maintenant, tout de suite. C’est parfois frustrant car étant maman de deux enfants, mon temps n’est pas leur temps.

Quand je parle de libération émotionnelle, c’est tout simplement le fait qu’écrire m’aide à accompagner mon émotion, qu’elle soit agréable ou désagréable. Les mots sont des transmetteurs, des vecteurs. Quand on les écrit on y met toute une énergie dedans. Le lecteur est ensuite le récepteur de cette énergie… et parfois il ressent lui-même l’émotion libérée à ce moment là.

C’est assez incroyable le pouvoir qu’ont les mots.« 

Merci encore Soline de tes mots !

Laisser un commentaire